Arbrealettres

Poésie

LE FLEUVE (Jacques Rabemananjara)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2015



LE FLEUVE

L’ange exilé des cieux qui porte le silence
Se mire dans le Fleuve où se fane le soir.
Et sur le bord tranquille où la Paix vient s’asseoir
La nuit répand, suave, un vent de confidence.

L’âme se laisse aller sur des flots sans cadence.
Le souvenir, errant aux rives du passé,
Recherche l’aviron que les temps ont brisé,
Pour rembarquer l’azur des jours en décadence.

Mais le Présent écoute au vague étang désert
Vibrer, comme un cristal, la pureté des airs
Sous l’essaim des oiseaux que la blancheur escorte.

Et, virginal parmi les vols immaculés,
Un grand héron, penché sur les mois écoulés,
Attend le vain retour des belles lunes mortes.

(Jacques Rabemananjara)
Illustration

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :