Arbrealettres

Poésie

Archive for 14 janvier 2016

Le cœur reste (Mireille Gaglio)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2016




Le cœur reste

Mon cœur d’enfant est en exil
Dans ce corps étranger!
Mon cœur d’enfant est en péril
Dans cette société…
Où es-tu, petite fille?
Tes sentiments m’étaient si familiers,
Que cherches-tu donc au sein de cette ville,
Pauvre cœur exilé!

Ne vois-tu pas ce décalage vil
Entre ce que tu fus et la réalité?
Pauvre cœur vieilli, jamais du temps tu ne remonteras le fil,
Pitoyable cœur, devrai-je t’étouffer?

(Mireille Gaglio)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le halo de la lune (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2016




Dans la brume
Il s’allume
Le halo
De la lune
Sur le haut
De la dune

(Jean-Baptiste Besnard)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Mon chat (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2016




Mon chat

Il saute
souple
sur le mur
Guetteur inlassable
prêt à la détente
dans une attente sans faiblesse
sur le faîte du toit
il donne des coups de griffe à la lune
et ses prunelles ardentes trouent le velours de la nuit

(Jean-Baptiste Besnard)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Sur une terre paradisiaque (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2016




Sur une terre paradisiaque
Les pierres restent fraîches
Malgré la chaleur
Parfois l’une d’elles pousse un cri
Vite étouffé par un silence d’argile
Allègres et plein d’éclat
Les fruits ont le goût de velours
Des pêches muries au soleil.

(Jean-Baptiste Besnard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le vrai voyageur (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2016



Le vrai voyageur
n’a pas de plan établi
et n’a pas l’intention d’arriver.

(Lao Tseu)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | 3 Comments »

Indifférentes (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2016




Indifférentes
Au flux et au reflux de la clarté
Qui cicatrise leurs blessures
Les pierres s’assoupissent
Et l’aube élague les branches
Autour des feuilles aventureuses
Le sable qui dort
Absorbe toute la lumière
Sous des nuages lents à se former.

(Jean-Baptiste Besnard)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le monde aspire vers une sorte de centre invisible (Michel Deguy)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2016



Le monde aspire vers une sorte de centre invisible, et nous y marchons de dos, luttant contre le vertige.
Chacun, détourné, inquiet du site qu’il contourne, mesure à l’aveuglette la distance au gouffre qui aimante ;
chacun côtoie la perte d’être — serait-ce le temps qui naît ici comme l’incessant de celle perte ?

(Michel Deguy)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Attente (Roger Giroux)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2016




Attente

La couleur de la mer est semblable au matin
Le ciel est plein d’oiseaux que le vent a laissés.
Des navires sont là, des bateaux et des barques.
Et les fruits, calmes,
Attendent que l’été leur donne la lumière.

(Roger Giroux)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je cherche un jardin de sable (Jean-Claude Renard)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2016




Je cherche un jardin de sable avec trois blocs de pierres parfaites,
des mousses riches de silence
et des arbres beaux comme des îles
pour y enterrer mes démons.

(Jean-Claude Renard)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au grand jardin de l’attente (Michel Deguy)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2016



buis en boule

Au grand jardin de l’attente
Où croît la rose des vents
Un arbre ouvre des bras de cigogne
J’entends son souffle régulier sa grande brasse
J’entends le jour couler entre ses doigts

Au grand jardin de l’attente
Un buis fait la roue

Au grand palier de l’attente
Où battent les portes du temps
Sous l’abri des yeux brusques
L’être trouve un toit de songe
El tu sortais assis au pied de l’arbre
Où le vent fait un toit de murmures
Au grand palier de l’attente
Où battent les portes du temps

L’arbre très au-dessus de nous
Qui tend sa voix brisée dès le commencement
C’était un soir pareil

(Michel Deguy)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :