Arbrealettres

Poésie

Le monde aspire vers une sorte de centre invisible (Michel Deguy)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2016



Le monde aspire vers une sorte de centre invisible, et nous y marchons de dos, luttant contre le vertige.
Chacun, détourné, inquiet du site qu’il contourne, mesure à l’aveuglette la distance au gouffre qui aimante ;
chacun côtoie la perte d’être — serait-ce le temps qui naît ici comme l’incessant de celle perte ?

(Michel Deguy)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :