Arbrealettres

Poésie

Elle (André Gaillard)

Posted by arbrealettres sur 16 janvier 2016


 

La route tournait et tu me soulevais de terre
pour m’embrasser.
Je ne me souviens pas d’avoir éprouvé
une jouissance aussi complète,
Aussi imprévue.
Ma chair se dénouait en bouquets
tremblants et lourds
D’un absurde bonheur,
d’un bonheur jamais rêvé.

(André Gaillard)

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :