Arbrealettres

Poésie

Gelida (Louis Bouilhet)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2016



 Catrin Welz Stein  _400

Gelida

Elle a, pour toute science,
La gaîté de ses vingt ans ;
C’est la blonde insouciance,
Aux yeux bleus, couleur du temps.

Pour lasser la patience
Des désirs les plus constants,
Son cœur a fait alliance
Avec ses cheveux flottants.

Sourde à l’hymne des tendresses,
Elle rit de ces détresses
Que rien ne peut consoler…

Et je crois que la coquette
Dans l’amour de Juliette
Passerait sans se brûler !

(Louis Bouilhet)

Illustration: Catrin Welz Stein

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :