Arbrealettres

Poésie

Archive for 24 janvier 2016

Mon lit c’est ma rivière (Marc Baron)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2016



Mon lit c’est ma rivière
je travaille de nuit

Je me glisse dans les eaux troubles
de mes pensées au bord du gouffre
et j’écris pour ne pas me noyer

Quand le courant m’envahit
quand je n’ai plus le souffle

Il m’arrive de m’envoler
pour fuir ce qui meurt en moi

Rien n’est plus lourd que l’absence

(Marc Baron)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Euan MacLeod

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Effacement du peuplier (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2016



Effacement du peuplier

L’ouragan dégarnit les bois.
J’endors, moi, la foudre aux yeux tendres
Laissez le grand vent où je tremble
S’unir à la terre où je croîs.
Son souffle affile ma vigie.
Qu’il est trouble le creux du leurre
De la source aux couches salies !
Une clé sera ma demeure,
Feinte d’un feu que le coeur certifie;
Et l’air qui la tint dans ses serres.

(Philippe Jaccottet)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toute fleur n’est que de la nuit (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2016



Toute fleur n’est que de la nuit
qui feint de s’être rapprochée

Mais là d’où son parfum s’élève
je ne puis espérer entrer
c’est pourquoi tant il me trouble
et me fait si longtemps veiller
devant cette porte fermée

Toute couleur, toute vie
naît d’où le regard s’arrête

Ce monde n’est que la crête
d’un invisible incendie.

(Philippe Jaccottet)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ecce Puer (James Joyce)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2016



Ecce Puer

Du sombre passé
Un enfant est né.
De joie, de peine
Mon coeur s’égrène.

Au calme berceau
La vie éclot.
Que l’amour pieux
Descelle ses yeux.

Haleine qui passe
Vite sur la glace.
Monde à peine là
Qui déjà s’en va.

Un enfant dort.
Un vieillard est mort.
Ô père trahi
Pardonne à ton fils

***

Ecce Puer

Of the dark past
A child is born.
With joy and grief
My heart is torn.

Calm in his cradle
The living lies.
May love and mercy
Unclose his eyes!

Young life is breathed
On the glass;
The world that was not
Comes to pass.

A child is sleeping:
An old man gone.
O, father forsaken,
Forgive your son!

(James Joyce)

Illustration: Heidi Malott

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quiconque choisit la route périlleuse (Gilbert Langevin)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2016



Quiconque choisit la route périlleuse des landes intérieures
verra sa solitude vaincre l’excrément de l’erreur
Quiconque rôde à la lisière d’une saine inquiétude
verra sa révolte salutaire égorger l’impossible
Glisse une lamelle de lumière sur l’espérance estropiée
Toute beauté prend racine dans une blessure

(Gilbert Langevin)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Dans la tranchée de chaque jour (Gilbert Langevin)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2016



Dans la tranchée de chaque jour
Quelqu’un prépare
Une fraude ou un poème
Quelque part
On triche le fisc
ou l’âme humaine

(Gilbert Langevin)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration: Victor Brauner 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Marcher (Pierre Warrant)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2016



Marcher

C’est quand je marche
pour moi-même
que j’ouvre pour les autres
les chemins qu’ils désirent

leur horizon est le mien
vaste
comme une quête un doute
l’ennui ou le rire de l’amour

leur prêter un chemin
et la folie de mon but
leur donner un espace
cette place faite en moi.

(Pierre Warrant)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un instant (Jean-Marc La Frenière)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2016



Un instant

La vie court à la mort
avec les pieds des hommes.
Elle s’ouvre à l’infini
avec la peau des fruits.

Si je n’abdique pas,
c’est à cause d’un loup,
d’une abeille,
d’un mot,
d’une vague odeur de menthe,
des sentiers d’herbe verte
qui prolongent mes jambes.

Je porte en moi les yeux
d’une femme très loin.
Je me nourris du pain des livres
et leurs miettes de lumière.

Un instant, une seconde,
la beauté passe et nous salue,
cela suffit pour continuer.

(Jean-Marc La Frenière)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Poème bizarre (Malcolm Lowry)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2016



Poème bizarre

J’ai connu un homme sans cœur :
Il dit que des enfants le lui ont arraché
Et l’ont donné à un loup affamé
Qui s’est enfui l’emportant dans sa gueule.

Et les enfants ont fui avec l’instituteur ;
L’animal aussi s’est enfui bien vite,
Et derrière lui, bizarre poursuite,
Titubait encore cet homme sans cœur.

J’ai vu cet homme l’autre jour,
Gonflé d’un orgueil ridicule,
Le cœur remis en place et la mine égayée ;
À son côté, tout radouci, trottait le loup.

***

Queer Poem

I knew a man without a heart:
Boys tore it out, they said,
And gave it to a hungry wolf
Who picked it up and fled.

And fled the boys, their master too,
All distant fled the brute,
And after it, in quaint pursuit,
The heartless man reeled on.

I met this man the other day
Walking in grotesque pride.
His heart restored, his mien gay,
The meek wolf by his side.

(Malcolm Lowry)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Dans mon royaume (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2016



Dans mon royaume
Une feuille d’arbre
Est une feuille.

Je n’opte jamais
Pour l’immensité –

Je suis moi-même petit.

Et pourtant il me semble
Que tout le souffle qui cherche
A faire vivre le monde
Je le retrouve ici

Où toute chose
Avec moi communie.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :