Arbrealettres

Poésie

Et pourtant… (Anisa Boumedienne)

Posted by arbrealettres sur 27 janvier 2016



Le vent bat la vitre,
Et la nuit creuse,
Telle une amoureuse,
Borde la falaise,
Mais, dans mon coeur
Croasse le malheur, tout à son aise,
Et pourtant, pourtant
Je n’ai même plus de pleurs.

La savane de mon coeur,
Où j’écoute frémir
Les souvenirs,
Du passé tissé
Dans le suaire de la Destinée;
La savane de mon coeur,
Où j’écoute bruire
Les aveux ensevelis
Par l’étrange peine
Qui sème des jours sans couleurs,
La savane de mon coeur
Signe ton passage
A chaque endroit, à chaque heure,
Et pourtant, pourtant,
Je n’ai même plus de pleurs.

(Anisa Boumedienne)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :