Arbrealettres

Poésie

Fumées dans le matin (Gil Jouanard)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2016


 

Le bois chante de sa voix âcre.
De chaque porte une odeur de café
monte
à travers le mur
coupant
de l’air.

(Gil Jouanard)

 

2 Réponses to “Fumées dans le matin (Gil Jouanard)”

  1. Lara said

    J’adore l’odeur du café fraîchement moulu ..

    • arbrealettres said

      Oui je me souviens chez mes parents, mon enfance à la campagne et aussi très présent le bruit de la vieille machine Moulinex (qui avait parfois du mal à démarrer.. mauvais contact) et qui réduisait les grains en poudre libérant des effluves délicieuses .. ne pas oublier de mettre une main sur le couvercle!! Ensuite ne pas se couper à l’hélice en récupérant toute la poudre! Puis ensuite passer dans un filtre (écolo: en ferraille!) et de nouveau cet arôme de vrai café!! Mais ça prend trop de temps pour nos temps modernes 😉

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :