Arbrealettres

Poésie

LE FEU DEFENDU (Luc Decaunes)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2016



 

LE FEU DEFENDU

Le sein d’une femme endormie
Qui brûle les bords de la nuit
La présence indiscutable
D’un corps entouré de bras
Et qui part à la dérive
Une tête entre les jambes

Je m’éveille lentement
Les yeux au fond du silence
J’entends le coeur scrupuleux
Faire sa lessive sanglante
Et plier les draps du sang
Pour les agonies futures
Et je vois la bouche tendre
Sucer un air inconnu
Dans le scaphandre du rêve

Mais le matin va venir
Et sa joue fera briller
Le globe d’un sein plus chaud
Sauté hors de la chemise
Une paupière trempée
Des larmes du souvenir
Et ce corps à tête double
Qui nage vers le plaisir
Sans remuer bras ni jambes
Dans un orage de cris

(Luc Decaunes)

Illustration: Alexey Slusar

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :