Arbrealettres

Poésie

LES MAINS DECHARNEES (Luc Decaunes)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2016



 

Ferdinand Hodler ahasver-1910.jpg!HD [1280x768]

LES MAINS DECHARNEES

Je n’ai à recevoir de leçons de personne
Je suis pauvre je suis seul
Je fais mon feu entre deux pierres
J’habite entre le ciel et l’eau
Dans la gorge lourde des arbres
Dans le coeur amer du limon
Je n’ai pas toujours du courage
Je ne sais pas faire le bien
Je n’ose pas faire le mal
L’oubli des blessures a durci mes lèvres
Mon amour est facile et mon corps mal servi
J’ignore les sciences abstraites
Les métiers du bois du fer de la pierre
J’honore la justice et suis injuste dans ma vie
J’abhorre le mensonge et me contente de nantir
J’envie ceux qui savent mourir
Ceux qui luttent ceux qui succombent
Sous le poids de leurs ennemis
Sans abdiquer leur vérité
Je ne fais de tort à personne
J’ai trop d’amis pour en avoir un seul
A qui donner plus que moi-même
J’ai trop d’espoir pour oser le servir
Au détriment de mes chances mesquines

Le jour m’accable de ses preuves
Le jour me grève de désirs
Je ne connais plus le visage
De mes frères en servitude
Je suis petit faible dans mon orgueil
Et sans conseil et sans conduite
J’ai des leçons à recevoir de tous les hommes.

(Luc Decaunes)

Illustration: Ferdinand Hodler

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :