Arbrealettres

Poésie

Poisson-scie et sa cousine (Pierre Béarn)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2016



 

Un poisson-scie s’encolérait
d’avoir perdu chez les sardines
une cousine qu’il aimait..
Rendez-la-moi! sales gamines!
leur criait-il d’un air mauvais,
ou je vous ferai orphelines!
Foutriquet! dit une bambine,
ne vois-tu pas que ta cousine
est dans ce filet prisonnière
comme tout le peuple des sardines?
L’énervé dut scier les rets
d’où s’échappèrent les sardines
mais Lui resta dans le filet.
Il s’était trompé de cousine.

(Pierre Béarn)

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :