Arbrealettres

Poésie

Tu desserres les poings (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2016



 

champetoiles

Le frappement des cordes sur un mât,
tu desserres les poings
comme en contemplant les étoiles.

(Pierre Dhainaut)

4 Réponses to “Tu desserres les poings (Pierre Dhainaut)”

  1. Lara said

    waw. Au plus profond de l’être les vibrations cosmiques

  2. yayamarieke said

    Si tout le monde a besoin d’un plus petit que soi, le plus grand nous rend humble.
    J’ai eu la chance il y a des années, de passer 2 semaines de vacances sur un voilier à Cap d’Agde. Et non, on ne faisait pas la voile, on restait ammaré, mais c’était tout bon (bien qu’il fallait scruter si rien de « spécial » flottait sur l’eau avant d’y plonger, ahumm). Je n’ai quitté le bateau que pour les toilettes, les courses, et pour le reste, les besognes quotidiennes vite fait, c’était la méditation complête, soleil, eau, azur et de temps en temps saluer qq’un qui entrait, sortait du port. La nuit ça continuait, je m’endormais écoutant le frappement des cordes sur le mât : -)). Que de bons souvenirs!

    • arbrealettres said

      heureux de t’avoir rappeler ces bons souvenirs et de t’avoir donner l’occasion de les partager ((-:

      ________________________________

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :