Arbrealettres

Poésie

C’ÉTAIT UN SOIR DE FÉERIES (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2016



C’ÉTAIT UN SOIR DE FÉERIES

C’était un soir de féeries,
De vapeur enrubannées,
De mauve tendre aux prairies,
En la plus belle de tes années.

Et tu disais, écho de mon âme profonde, —
Sous l’auréole qui te sacre blonde
Et dans le froissement rythmique des soies
« Tout est triste de joies;
Quel deuil emplit le monde?
Tout s’attriste de joies. »

Et je t’ai répondu, ce soir de féeries
Et de vapeurs enrubannées:
« C’est qu’en le lourd arôme estival des prairies,
Seconde à seconde,
S’effeuille la plus belle de tes années;
Un deuil d’amour est sur le monde
De toutes les heures sonnées. »

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :