Arbrealettres

Poésie

Archive for 12 février 2016

Malchance (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2016



Tu ne savais pas que je t’attendais –
J’ai perdu la trace à l’approche de ton visage –
La vague est revenue vers moi sans t’avoir prise –
Un sourire, oubli plus vaste qu’océan –
Si j’avais osé parcourir ta blessure –
L’arbre gonflait ses liens, le cheval s’entravait –
J’ai donné mon espoir pour garder ton désert –
Qu’importe les trous d’eau, les oiseaux qui mentaient –
Il fait clair dans la vie où tout est consumé –
C’était une autre. Celle-ci n’existe pas –

(André Frénaud)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pauvre femme (Reinmar de Hagueneau)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2016




«Pauvre femme, combien j’étais heureuse
quand je pensais à lui –
ah, que ma vie dépendait de la sienne.
De ne l’avoir plus désormais,
en quel tourment m’apparaît
le temps que j’ai encore à vivre.

Le miroir de mes joies, il est perdu:
pour l’été joyeux de mon regard, je l’avais choisi,
pour ma douleur je dois vivre sans lui.
Dès qu’ils m’ont dit sa mort,
de mon coeur le sang a reflué vers l’âme.»

***

`Mir armen wîbe was ze wol,
dô ich gedâhte an in,
und wie mîn teil an sînem lîbe lac.
Daz ich des nû niht haben sol,
des gât mit sorgen hin,
swáz ich iemermê geleben mac.

Mîner wunnen spiegel der ist verlorn :
den ich mir héte ze sumerlîcher ougenweide erkorn,
dez muoz ich leider aenic sîn.
Dô man mir seite, er wáere tôt,
ze hant viel mir der muot von dem hérzen ûf die sêle mîn.’

(Reinmar de Hagueneau)

Illustration: Christophe Renoux

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les vers de terre (Yvan Audouar)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2016


Les vers de terre

s’enfoncent dans le sol

pour ne pas tomber amoureux

des étoiles.

(Yvan Audouar)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Et s’il revenait un jour… (Maurice Maeterlinck)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2016


 

Et s’il revenait un jour
Que faut-il lui dire ?
– Dites-lui qu’on l’attendit
Jusqu’à s’en mourir…

Et s’il m’interroge encore
Sans me reconnaître ?
– Parlez-lui comme une sœur,
Il souffre peut-être…

Et s’il demande où vous êtes
Que faut-il répondre ?
-Donnez-lui mon anneau d’or
Sans rien lui répondre…

Et s’il veut savoir pourquoi
La salle est déserte ?
-Montrez-lui la lampe éteinte
Et la porte ouverte…

Et s’il m’interroge alors
Sur la dernière heure ?
– Dites-lui que j’ai souri
De peur qu’il ne pleure…

(Maurice Maeterlinck)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’amour de ma vie (Louise de Vilmorin)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2016


 

J’ai bien des fois brûlé
Mais de chaque incendie
Un nouveau coeur m’est né
Pour l’amour de ma vie.

(Louise de Vilmorin)

Illustration: Leonid Afremov

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 3 Comments »

Objectif (Jean-Claude Faucheux)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2016



 

Obture l’éphémère
Diaphragme le silence
Révèle l’inavoué

Déclenche l’éternel

(Jean-Claude Faucheux)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le nom invisible (Jean-Louis Giovannoni)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2016


Qui prononce
le nom invisible d’une chose
la délivre
la porte hors d’elle-même

(Jean-Louis Giovannoni)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand nous nous taisons (Jean-Louis Giovannoni)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2016



Quand nous nous taisons
nous croyons vivre en dehors de nos mots
alors que nous sommes
par ce silence même
dans leur corps

(Jean-Louis Giovannoni)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

Au-dedans et au-dehors (Jean-Louis Giovannoni)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2016


Et si nous étions à la fois enfermés
au-dedans
et au-dehors

(Jean-Louis Giovannoni)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | 2 Comments »

Beau peuplier (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2016


Dessous la courtine mouillée
Du matin soucieux,
Tu balances, harmonieux,
Ta branche dépouillée,

Beau peuplier qui de l’été
Fais voir encor la grâce:
Pourquoi l’âge a-t-il sur ma face
Aboli ma fierté?

(Paul-Jean Toulet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :