Arbrealettres

Poésie

Assise sur un nénuphar (Vette de Fonclare)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2016



Assise sur un nénuphar,
Plus verte que feuille de printemps,
Elle chante à la lune bleue,
Et son chant craquète et sautille
D’étang d’argent en mare d’or.

Son immense bouche est un piège
Pour les insectes de l’été.
Ses yeux sont deux globes dorés,
Ses pattes pliées sont si longues
Qu’on les croirait doubles ou triples
Sous son ventre rond d’émeraude.

L’eau de l’étang qui friselise
Lèche ses doigts palmés et verts.
Elle chante à la lune bleue,
Et son chant craquète et sautille
D’étang d’argent en mare d’or.

(Vette de Fonclare)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :