Arbrealettres

Poésie

J’ai revu ce beau sein (Henri de Régnier)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2016



J’ai revu ce beau sein dont la forme parfaite
M’a fait rêver souvent toute votre beauté,
Et quand mon souvenir sur sa rondeur s’arrête,
Je pense voir mûrir quelque beau fruit d’été.

J’imagine par lui, magnifique et complète,
La grâce de la souple et pure nudité
Où j’évoque l’ombreuse et charmante retraite
Que l’Amour pour asile offre à la volupté.

Cariste, comme au temps de la Grèce et de Troie,
Belle, n’êtes-vous pas de celles qu’avec joie
Suit le désir épris d’un délice inconnu ?

Et c’est pourquoi, ce soir, de loin, je songe encore
A tout ce que, de vous, je suppose et j’ignore,
Cariste au corps secret, Cariste au beau sein nu !

(Henri de Régnier)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :