Arbrealettres

Poésie

RONDE (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2016



 Cyril Leysin La-ronde.- c [800x600]

 

RONDE

Avec du soleil ou du clair de lune,
Et des voix de femme, et des pas de danse,
Mêlez les rêves en ronde d’enfance:
La brise est neigeuse, l’herbe saupoudrée
Des pétales blancs que sèment les branches;
Passe la blonde et passe la brune!
Elles tournoient; vous n’en aimez qu’une;
Embrassez celle que vous voudrez.

Les bouquets levés comme des torches
Essaiment, comme des étincelles,
Le sang des roses que la brise mêle
A la neige des lys effeuillés sous le porche;
Je sais le balustre où vous accouderez
Ce rire timide qui voile un émoi;
La ronde tourne et vous faites un choix;
Embrassez celle que vous voudrez.

On sonne du fifre et tous les rires
Vont tournant, encore, comme au vent les feuilles;
Vous avez peur de son baiser d’accueil,
Vous cherchez le mot que vous vouliez dire;
La coquette d’un rire vous absoudrait,
A vous voir au coeur cette honte d’amour:
Ne dites rien si vous êtes à court;
Embrassez celle que vous voudrez.

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration: Cyril Leysin

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :