Arbrealettres

Poésie

Trop d’amours de poètes s’exhibent nus, leur porte ouverte (Charles Vildrac)

Posted by arbrealettres sur 18 février 2016



Déjà trop d’amours de poètes
S’exhibent nus, leur porte ouverte
Que la nôtre soit la chambre au matin,
Discrète et troublée de lumière accrue;
Celle qui ne donne pas sur la rue,
Mais sur le rire intime du jardin.

(Charles Vildrac)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :