Arbrealettres

Poésie

Archive for 23 février 2016

Si la seule prière (Maître Eckart)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2016



Si la seule prière que vous faites de votre vie
est de dire merci,
c’est déjà suffisant.

(Maître Eckart)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Parfois je me dis poète et cela me fait rire (Cédric Le Penven)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2016



Parfois je me dis poète et cela me fait rire
ce gros mot pour expliquer, apprivoiser cet élan
cette manière d’habiter l’inhabitable d’une saison
de voir son visage dans les pierres trouées
non poète c’est une étiquette posée pour vendre
de la tripe de la colère délicieuse (le miracle du mot
qui extirpe et métamorphose les pays de la nuit
où l’amour et la mort s’embrassent goulûment)

(Cédric Le Penven)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nuit de la pluie attendue (Cédric Le Penven)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2016



Adam Tan  1qdfj54o1_500 [800x600]

Nuit de la pluie attendue
qu’exauce le désordre de ses cheveux
cherché et reconnu dans le labyrinthe des heures blanches
(demain nous agrandirons le verger, les fruits
de notre amour auront été épargnés par le gel)

(Cédric Le Penven)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration: Adam Tan

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mais surtout la leçon récitée (Cédric Le Penven)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2016



Mais surtout la leçon récitée, l’assurance d’avoir
le bon mot, de donner la juste forme, la saveur exacte
d’un groupe de syllabes qui s’enroulent
autour d’une image d’oiseau
(je déploie de grands filets noirs
pour tenir la panique d’un chanteur dans ma paume
et lui chuchote son nom jusqu’aux bruissements d’ailes)

(Cédric Le Penven)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nuit de peu de nuit, encore (Cédric Le Penven)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2016



Nuit de peu de nuit, encore

Comme rendez-vous tacite avec les songes désertés
Quelle prière prononcer
pour goûter huit heures d’inconscience
Je pose des pierres blanches autour d’un frêne
j’invite chacun à prendre la part du songe
à laisser celle du mort

(Cédric Le Penven)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration: Drew Ernst

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne comprends pas grand-chose à ce que je suis (Cédric Le Penven)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2016



Je ne comprends pas grand-chose
à ce que je suis, à ce que je dis
Je m’étonne encore souvent
que ces mains s’agitant devant moi
soient le prolongement de cette voix intérieure
qui chuchote et chuchote encore
des paroles étranges
Nulle histoire, nul message
juste des phrases offertes
que je place au milieu d’une page vide
dont je pèse chaque mot, interroge
chaque virgule, comme s’il en allait
qui me ressemblerait enfin

(Cédric Le Penven)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je m’étonne souvent d’être moi-même (Cédric Le Penven)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2016



falaises de Bonifacio 0b1c_b [800x600]

Je m’étonne souvent d’être moi-même
une fenêtre ouverte m’occupe des journées entières
j’ai peur de trop aimer puisque tout nous quitte
J’aimerais connaître le fin mot de l’histoire
(si seulement les aimés nous attendaient au sommet
des falaises de Bonifacio, attendant la bourrasque
de lumière, nos envergures déployées)

(Cédric Le Penven)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et ces nombres ânonnés dans le rêve (Cédric Le Penven)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2016



pano causse Changefège  arbres  d'or [800x600]

Et ces nombres ânonnés dans le rêve ne délimitent rien
Le territoire du cœur déroule sa pente
Je connais cet ami, si je mords cette bouche
(chaque automne la terre du causse
exhibe ses rouges : merveille de lumières rasantes
quand l’incandescence s’enivre de surenchère)

(Cédric Le Penven)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »