Arbrealettres

Poésie

Je m’étonne souvent d’être moi-même (Cédric Le Penven)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2016



falaises de Bonifacio 0b1c_b [800x600]

Je m’étonne souvent d’être moi-même
une fenêtre ouverte m’occupe des journées entières
j’ai peur de trop aimer puisque tout nous quitte
J’aimerais connaître le fin mot de l’histoire
(si seulement les aimés nous attendaient au sommet
des falaises de Bonifacio, attendant la bourrasque
de lumière, nos envergures déployées)

(Cédric Le Penven)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :