Arbrealettres

Poésie

Double incendie (Louis Bouilhet)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2016



Double incendie

Hier, le feu prit à la maison de celle
Qui, l’an passé, m’entourait de ses bras ;
Les pieds dans l’eau, trempé jusqu’à l’aisselle,
J’ai fait la chaîne et je songeais tout bas :

Combien de fois, au seul bruit de mes pas,
Le portier chauve a tiré sa ficelle,
Quand ma beauté dont l’œil noir étincelle
Discrètement m’attendait sous les draps.

Oh ! dans ce temps de jeunesse hardie,
C’était encore un plus large incendie
Qui brûlait là, de minuit jusqu’au jour.

Et maintenant tout s’éteint, tout s’efface.
Car j’ai versé dans cette même place,
L’eau sur la flamme et l’oubli sur l’amour !

(Louis Bouilhet)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :