Arbrealettres

Poésie

Nous voici plus fidèles que nos voix passagères (Fernand Verhesen)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2016



Je conjuguais les pièges et l’espoir
C’était l’attente
la nudité calcinée

Désormais il fait jour
jusqu’à l’horizon
jusqu’au fond de l’espace
où se profile un visage

Toute distance s’ordonne
autour du regard
Les issues éprises de souffle
reconnaissent nos paroles
portées par la fête
où s’ajustent les rencontres

Nous consentons aux liens
d’une haute liberté
Veille le coeur à vif
sur les nuits asservies

Nous voici plus fidèles
que nos voix passagères

(Fernand Verhesen)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :