Arbrealettres

Poésie

Archive for 12 mars 2016

La Mort (René Char)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2016



 

La Mort

La Mort

Le poète ne s’irrite pas de l’extinction hideuse de la mort,
mais confiant en son toucher particulier
transforme toute chose en laines prolongées.

(René Char)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Givre commun (René Char)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2016



 

Parole,
orage,
glace
et sang
finiront
par former
un givre
commun

(René Char)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

L’intensité est silencieuse (René Char)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2016



L’intensité est silencieuse.
Son image ne l’est pas.

(J’aime qui m’éblouit
puis accentue l’obscur
à l’intérieur de moi.)

(René Char)
Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans nos jardins (René Char)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2016



OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans nos jardins
se préparent
des forêts.

(René Char)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Depuis longtemps, la petite tortue (Lucien Noullez)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2016



Depuis longtemps,
la petite tortue de l’impossible
m’implore les yeux doux.
« Voudrais-tu bien me suivre, s’il te plaît ? »
Depuis longtemps, j’ai les oreilles en berne
et je n’écoute rien.
Le vent siffle.
Depuis longtemps la petite tortue me parle
et j’ai peur.

(Lucien Noullez)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelles fenêtres faut-il ouvrir (Jean-François Mathé)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2016



quelles fenêtres faut-il ouvrir
pour traverser les apparences
pour que les yeux n’aient plus
de chemin de regard
et tombent
plus légers que la neige
n’importe où dans le froid

quels murs faut-il abattre
pour que le monde s’éloigne
sur des parois de toile gonflées
par le vide et le vent

quel est le lieu pur
où les visages démasquent
en se retirant des miroirs.

(Jean-François Mathé)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne suis pas immortel (Lambert Schlechter)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2016



je ne suis pas immortel
mais si vous tous, là, où que vous soyez
vous pensez sérieusement et sans détour
que vous êtes immortels
ça ne me dérange pas, au contraire
ça m’attendrit et me repose
de moi et des pensées
que je continue à consacrer
si niaisement à ma mortalité

(Lambert Schlechter)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Entre naître et mourir (Liliane Wouters)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2016



Entre naître et mourir, un temps pour vivre.
Quelques heures, quelques saisons. De quel
Poids pèseront nos jours ?
Lumière et givre
Brillent pour tous, et sur tous mord le gel.

Ainsi de ces insectes nommées éphémères.
Quid de celui qui ne fait rien, des grands travaux
De l’autre, des troupeaux de bovidés, d’Homère ?

La mer est seule à donner le niveau.

(Liliane Wouters)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Moll

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur une branche fragile (Marc Baron)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2016



Sur une branche fragile
l’oiseau se demande comment irait le monde
si nous aussi pouvions voler

Que deviendraient l’aubépine et le rosier
quand nous nous poserions de tout notre poids
sur les fleurs qui ont le léger de la brise
et le coeur ouvert d’un nouveau-né

(Marc Baron)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Folon

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La fenêtre s’ouvre (Marie-Josée Christien)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2016



La fenêtre s’ouvre
un écran immense où se tord la nuit
des lambeaux s’échappent
Le reflet du monde va s’éteindre
bien plus loin

La suite des jours est incertaine
l’air se met à vibrer
quand le sanglot de la nuit cesse
le temps est soudain clair
comme une goutte d’eau

Et le calme du ciel
épuise le courage
qui soulevait nos mains.

(Marie-Josée Christien)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :