Arbrealettres

Poésie

Archive for 14 mars 2016

Estampe vernie (Fernando Arrabal)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2016



Estampe vernie
qui, réduite à sa rondeur de laque
reproduit l’immense firmament.
Prodigieusement l’artiste prodigue
fait don, un par un, de météorites peints
à chaque coccinelle

Avec quelle heureuse allégresse j’approfondis
l’essence de l’œuvre,
éprouvant le minuscule délice
extrayant les inoubliables joies.

Ses ailes pliées sur la scène
convexe et close
révéleront la représentation.
Quand l’estampe se fend en deux moitiés
les broderies noires et les ailes apparaissent
la coccinelle quitte la scène.

Avec quelle fougue s’élance-t-elle vers le ciel!

(Fernando Arrabal)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les phalènes de tes doigts (Jean Orizet)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2016




Les phalènes de tes doigts
venaient mourir à ma paume
chair en lisière de la nuit
tes yeux masquant toutes forêts

Quand l’imparfait barrage de nos lèvres
fit dévier vers quelle étrange source ? —
ce que nous avions nommé : ligne de partage des joies

Nous reprîmes alors la descente,
silencieux mais plus attentifs,
et je crus entrevoir mi autre visage de nous-mêmes
au front de sable à midi,
mitraillé de lumière
immuable sous sa propre usure
Beau.

(Jean Orizet)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Ordre et l’Ombre (Jean Orizet)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2016



L’Ordre et l’Ombre

Le soleil absorbe
ma joie,
ma joie absorbe,
ma tristesse,
la nuit absorbe
le soleil:
Tout rentre dans l’ordre
et dans l’ombre.

(Jean Orizet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Ce que laisse entendre le silence (Michel Camus)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2016



Ce que laisse entendre le silence

Encore du merveilleux dans le visage
aveugle des pierres
De la joie sous l’écorce des arbres
Le même chant dans le rayonnement
des étoiles

La musique du vide ensemence le ciel
et la terre

Ce que laisse entendre le silence
seul le silence l’entend

(Michel Camus)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ste-Dorothée (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2016



Jan van Eyck

Ste-Dorothée

Vous plaisez-vous dans ce triste palais
Maître
Comment pourrais-je m’ennuyer
D’être pendu le long d’un mur
Puisque j’ai mis toute ma joie
A devenir un beau tableau

(Pierre Albert-Birot)

 

Illustration: Jan van Eyck

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le monde est un concours de chant (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2016



Le monde
Est un concours de chant,

Sans jury,
Sans récompense

Que la joie de chanter.

(Guillevic)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | 4 Comments »

Les pins solitaires (Sandro Penna)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2016



Les pins solitaires le long de la mer
désolée ne savent rien de mon amour.
Le vent les éveille, la douce
pluie les baise, le tonnerre
lointain les endort.
Mais les pins solitaires ne sauront
jamais rien de mon amour, jamais rien de ma joie.

Amour de la terre, joie pleine
incomprise. Oh comme tu mènes
loin ! Un jour
les pins solitaires ne verront pas
— les lèche la pluie, les endort le soleil –
avec l’amour danser ma mort.

***

I pini solitari lungo il mare
desolato non sanno del mio amore.
Li sveglia il vento, la pioggia
dolce li bacia, il tuono
lontano li addormenta.
Ma i pini solitari non sapranno
mai del mio amore, mai della ,mia gioia.

Amore della terra, colma gioia
incompresa. Oh dove porti
lontano ! Un giorno
i pini solitari non vedranno
– la pioggia li lecca, il sole li addormenta —
coll’amore danzare la mia morte.

(Sandro Penna)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je sais … (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2016



Je sais, mer du Nord, tu es là
Si grande, si nue devant moi.

Pour enlever ta robe d’aube,
Le ciel entier ne suffit pas.

Et pourtant, mer, je te prendrai,
Tu te traîneras à mes pieds.

D’un mot plus fascinant qu’un charme,
Je réveillerai tes vacarmes.

Je te donnerai la couleur,
La courbe heureuse de mon cœur.

Et tu te coucheras sans voir
Que tu tiens toute dans mes yeux

Avec mon étoile du soir
Piquée au bord de tes cheveux.

(Maurice Carême)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La mer (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2016



La mer

Juste au milieu du jour,
La mer est toute ronde
Comme une belle montre
Que le soleil remonte.

Mais, le soir, elle est plate
À vous déconcerter,
Et le soleil fâché
En devient écarlate.

La nuit, c’est encore pis.
On n’en voit qu’une aiguille
Lorsque la lune brille
Sur son verre terni.

N’empêche qu’elle chante,
De jour comme de nuit,
Qu’elle est bien moins méchante
Qu’on ne me l’avait dit

Et qu’au grand vent du nord,
Elle berce les heures
Comme des barques d’or
Dans la main du Seigneur.

(Maurice Carême)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Effeuille la rose des vents (Blaise Cendrars)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2016



Effeuille la rose des vents
Voici que bruissent les orages déchaînés
Les trains roulent en tourbillon sur les réseaux enchevêtrés
Bilboquets diaboliques
Il y a des trains qui ne se rencontrent jamais
D’autres se perdent en route

(Blaise Cendrars)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :