Arbrealettres

Poésie

Les couchants et les générations (Jorge Luis Borges)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2016



Les couchants et les générations.
Les jours dont aucun ne fut le premier
Le soleil, comme un lion sur le sable,
Les traces des longues migrations
Les formes des nuages dans le désert.
Chaque remords,chaque larme.
Toutes choses qui furent nécessaires
Pour que nos mains se rencontrent.

(Jorge Luis Borges)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :