Arbrealettres

Poésie

Mes amis n’ont pas de visage (Jorge Luis Borges)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2016



Mes amis n’ont pas de visage,
les femmes sont ce qu’elles furent il y a déjà tant d’années,
je ne sais si ce coin de rue a changé,
il n’y a pas de lettres sur les pages des livres.

Tout ceci devrait m’effrayer,
Mais c’est une douceur, un retour,
des générations de textes qu’il y a sur la terre,
je n’en aurai lu que quelques-uns,
ceux que je continue à lire dans la mémoire,
à lire et à transformer…
l’amour partagé, les mots,
Emerson et la neige et tant de choses.

Maintenant je peux les oublier.
J’arrive à mon centre,
à mon algèbre et à ma clef,
à mon miroir.

Bientôt je saurai qui je suis.

(Jorge Luis Borges)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :