Arbrealettres

Poésie

Archive for 16 mars 2016

Les nuages (Georges Jean)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2016


Plus va la vie plus voyage
Le poète sans bouger,
Il lui suffit d’épier
Les nuages.

(Georges Jean)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Le temple (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2016



Courbe grecque de la colline:
le temple absent flotte dans l’air.

(Yannis Ritsos)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 4 Comments »

Je n’ai qu’un visage absent de partout (Fernand Verhesen)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2016



Je n’ai qu’un visage
absent de partout
pour regarder la terre
à travers lui

Un seul regard
pour voir le pays
de mon visage

Un chemin très étroit
pour aller
jusqu’au bord de l’eau
jusqu’à l’ombre inexistante
de ma ville à midi verticale

Un seul corps
de minerais incisés
de sang de bon pain chaud
d’angles scellés de muscles
pour m’étendre sur les champs
pour saisir en lui le corps
du vent de la lumière de l’amour

Une seule terre
visible de partout
pour former mon visage

(Fernand Verhesen)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dis: ciel (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2016



Dis: ciel,
même s’il n’y en a pas.

(Yannis Ritsos)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , | 2 Comments »

VUE GÉNÉRALE (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2016



VUE GÉNÉRALE

Maintenant, vois-tu, c’est ici que tu vas vivre — dit-il. Ici.
Quelle importance,
ici ou là? — les uns descendent, les autres montent
le même escalier, — ils ne se saluent pas. Une fenêtre ferme,
une autre fenêtre s’ouvre. La vue est la même : vallée, colline,
un vieillard s’en va dans le crépuscule, seul avec son bâton,
oliviers, vignes, le pendu, des cyprès et le peuplier,
un clocher, la rivière, le chien, l’autobus, une cruche,
des statues, des statues, de grandes ailes de marbre —
Et même si tu les avais à tes épaules, crois-tu que tu pourrais
voler?

(Yannis Ritsos)

Illustration: Escher

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La peau touchée donne vie (Philippe Jones)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2016



La peau touchée donne vie
L’espace qui entoure se conduit en aveugle,
s’il ne s’arrête pas sur la chaleur possible d’un visage
Ta robe est faite pour rire
le silence est troué par la douceur des doigts,
il éclate et la forêt le remplit,
ton sol monte au soleil

L’herbe se livre à la main

(Philippe Jones)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La nuit (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2016



La nuit,
la mer entre dans ma chambre
avec ses navires.

(Yannis Ritsos)

Illustration: Josephine Wall

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Même quand tu viens (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2016


 

Même quand tu viens,
tu as l’air de t’en aller.
Mais c’est peut-être moi
qui ne suis pas là.

(Yannis Ritsos)

Illustration: Gilbert Garcin

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

A vingt ans (Sully Prudhomme)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2016



A vingt ans

À vingt ans on a l’oeil difficile et très fier :
On ne regarde pas la première venue,
Mais la plus belle ! Et, plein d’une extase ingénue,
On prend pour de l’amour le désir né d’hier.

Plus tard, quand on a fait l’apprentissage amer,
Le prestige insolent des grands yeux diminue,
Et d’autres, d’une grâce autrefois méconnue,
Révèlent un trésor plus intime et plus cher.

Mais on ne fait jamais que changer d’infortune :
À l’âge où l’on croyait n’en pouvoir aimer qu’une,
C’est par elle déjà qu’on apprit à souffrir ;

Puis, quand on reconnaît que plus d’une est charmante,
On sent qu’il est trop tard pour choisir une amante
Et que le coeur n’a plus la force de s’ouvrir.

(Sully Prudhomme)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :