Arbrealettres

Poésie

L’Etoile de Vénus (III) (José-Maria de Heredia)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2016



Je ne saurais compter les beautés de ma Dame
Tout en elle est parfait, tout est harmonieux,
Mais l’on ne trouvera chez aucune autre femme
Ce que j’aime surtout, par-dessus tout ses yeux.

Ils sont noirs, veloutés, leur indicible flamme
Se voilant doucement sous de longs cils soyeux;
Je crois voir au travers étinceler son âme,
Je trouve en y plongeant la profondeur des cieux.

Sa céleste beauté s’éclaire à son sourire
D’une ardente lumière impossible à décrire,
Car ils ont de l’amour la noble expression.

Je veux lire son coeur dans ce sublime livre,
Sous ces feux adorés je veux aimer et vivre,
Et je voudrais mourir à leur divin rayon.

(José-Maria de Heredia)

5 Réponses vers “L’Etoile de Vénus (III) (José-Maria de Heredia)”

  1. filamots said

    Les yeux sont de tels aveux. Qu’il est bon d’y plonger, afin d’aller lire ce que le coeur, parfois ne peut exprimer. Il y règne tant de profondeur que s’y perdre est délicieux.

  2. Lara said

    Le grand maître du sonnet, Hérédia !!

    les yeux, fenêtre de l’âme dit-on , en voilà l’illustration !

  3. Mireille said

    Il est vrai qu’on peut se perdre dans des yeux…

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :