Arbrealettres

Poésie

Ce que nous sommes (Faïz Ahmed Faïz)

Posted by arbrealettres sur 24 mars 2016


Soif

 

Nous sommes
Des chandelles consumées
rangées dans le tréfonds du coeur,
Que le grand jour effraie,
Serrant, embrassant fort nos ombres
Comme dans un beau rêve sans fin
De la bien-aimée.

L’énigme du bien et du mal,
De l’origine et de la fin,
Les mêmes soucis inutiles,
Les mêmes questions absurdes…

Epuisés par le flot monotone des jours,
Attristés par les souvenirs du passé,
Frémissants de la peur de l’avenir,
L’esprit avide, inassouvi,

Les larmes étouffées avant de couler
L’angoisse profonde, indigne de chanson,
La terrible douleur cherchant sa voie
Dans l’obscur abîme du coeur…

La quête d’un baume ineffable,
Désir s’un désert, d’une prison,
Soif de folie…

(Faïz Ahmed Faïz)

 

4 Réponses to “Ce que nous sommes (Faïz Ahmed Faïz)”

  1. Lara said

    Toujours les mêmes angoisses et espérances exitentielles depuis la nuit des temps …

  2. Julie Larousse said

    Beau poème.
    Oui l’homme n’a jamais vraiment connu la sérénité.

    Mais Saint Augustin aurait peut-être une solution quand il dit :
    « Seigneur notre cœur est inquiet … jusqu’à ce qu’il se repose en Toi ! »

    • arbrealettres said

      LÂCHER PRISE!… En Dieu ou en ??? mais oui lâcher prise!
      La clef de tout! Mais notre « moi » s’y refuse de toutes ses forces: Peur d’y perdre (sa) Vie!

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :