Arbrealettres

Poésie

Tu me vois nu (Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 1 avril 2016



Tu me vois nu. J’accepte de mourir
J’accepte de briser le jet de ma poitrine
Et j’accepte d’aimer, j’accepte de pâtir
J’accepte d’échouer dans des hommes indignes
J’accepte de trembler : la clé de ces mystères
Sans que j’en sache rien, s’endort entre tes mains
Ma vie corrompue ignore prisonnière
Ce souffle qui fut mien lorsque tu l’as voulu

(Jean Jouve)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :