Arbrealettres

Poésie

LETTRE (Axel Toursky)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2016



LETTRE

Tu portais, ce dimanche-là,
Ma tristesse à fleur de visage,
Et Septembre était comme la
Vingt-huitième année de ton âge.

Il avait plu. Le boulevard
Coulait vers la ville, pareil
A la rivière quand le soir
Y perd les feuilles du soleil.

La corde à l’épaule, halant
Mon tirant d’eau lourde vers Cannes,
Je descendais au gré du lent
Echelonnement des platanes.

Pressentais-je alors quelle voix
Commanderait l’écluse ? Quelle
Force ferait crier le bois
Pour une descente nouvelle ?

Et tes bras m’ont ouvert sans le
Savoir les vannes d’une vie
Dont je n’attendais plus qu’un peu
De repos au creux de la pluie.

(Axel Toursky)

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :