Arbrealettres

Poésie

T’aimer (Paul Valéry)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2016



Alix 8456_a-naufragee [800x600]

T’aimer, presque muette et disparue, est dur
Quand chaque éclair de nuit, chaque lambeau d’azur
Chaque heure, hélas, atrocement me vante
La chaleur de ton sein,
Ta bouche au fier dessin
Et l’autre, plus vivante.

Parfois viennent trois mots, lointains et haletants :
Je m’amuse : je vais ; je vois ; je t’aime ; Attends…
C’est si peu pour la soif de votre seul sourire
Que ne ne me sens plus le courage d’écrire.

(Paul Valéry)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :