Arbrealettres

Poésie

Le lieu infime (Haviva Pedaya)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2016



 

Le lieu infime

Il existe un réduit, le lieu infime où le coeur cohabite avec lui-même
Comme une île flottante dans la mer, dans la splendeur
Comme un silence des plus ténus
C’est là qu’une radiance déambule avec elle-même sans cloison
Là que dégouline l’or blessé
Là impalpable est le rideau entre intérieur et extérieur
Là une amertume consume le fin fond du palais
Là nous reviendrons vivre entre ici et ailleurs
Il est un lieu, pas plus gros qu’un point
S’il se dilate un peu,
nous nous mettrons en marche entre l’étranger et le pays natal
Enfants d’une patrie perdue

(Haviva Pedaya)

Illustration: Abbott Handerson Thayer

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :