Arbrealettres

Poésie

Tant pis, m’amour (Paul Valéry)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2016



Tant pis, m’amour, ce ne sont point des fleurs
Roses ne sont, ni crépus chrysanthèmes,
Ce sont des vers qui rêvent que tu m’aimes,
Des vers sans plus, bêtes comme des pleurs.

Tant pis, m’amour, ce ne sont fleurs, ni même
Clairs diamants ni pierres de couleur
Pour s’attiédir sur ta douce chaleur ;
Ce sont des vers que sous tes pas je sème.

Je les dérobe à ce poignant ennui
Ennui de toi qui toujours vers la nuit,
Où que je sois et le visage en fête,

Perce mon être et le change en frisson…
Ah puissent-ils, si vite faits qu’ils sont
Fuir vers ton coeur au sortir de ma tête…

(Paul Valéry)

Illustration: Denis Jeanteur

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :