Arbrealettres

Poésie

Une lumière solennelle (Pascal Quignard)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2016



Une lumière solennelle, très blanche.
Tous les corps sont en relief.
Toutes les couleurs sur les choses sont phosphorescentes.

Où sommes-nous ?
Sommes-nous arrivés dans l’autre monde ?
Touche-t-on l’autre monde ?
Une impression de jadis simple
où on glisse son corps nu difficilement.
On regarde si on ne souille pas le lieu où on avance.
Une impression de Dieu est là.

Le cœur bat plus fort.
L’air est si pur qu’il fait mal.
On progresse lentement en regardant tout.
L’œil s’agrandit, la pupille est toute blanche,
aussi blanche que la neige même, aussi réverbérante qu’elle,
elle est aussi neuve que ce qu’on voit.

Tout ce qu’on voit est comme du très ancien tout neuf.
De l’accoutumance à l’état natif.
De l’origine ébouriffée qui sort à peine de son œuf.

(Pascal Quignard)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :