Arbrealettres

Poésie

Toute trace de l’homme est perdue (Annunzio)

Posted by arbrealettres sur 22 avril 2016



Toute trace de l’homme est
perdue. Aucune voix ne résonne,
si j’écoute. Toute souffrance
humaine m’abandonne.
Je n’ai plus de nom.
Et je sens que mon visage
se dore de l’or
méridien,
et que ma barbe
blonde brille
comme la paille marine;
je sens que le rivage sillonné
par le travail
si délicat des vagues
et du vent s’assimile
au creux de ma main
là où le toucher s’affine.

Et ma force passive
se grave sur le sable,
se répand dans la mer;
et le fleuve devient ma veine,
la montagne mon front,
la forêt mon pubis,
le nuage ma sueur.
Et moi je suis dans la fleur
du typha, dans l’écaille
de la pomme de pin, dans la baie
de genévrier; je suis dans le fucus,
dans la paille marine,
dans chaque chose insignifiante,
dans chaque chose immense,
dans le sable contigu,
dans les sommets lointains.
Je brûle, je brille,
Et je n’ai plus de nom.

(Annunzio)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :