Arbrealettres

Poésie

Archive for 4 mai 2016

Communion des cerisiers (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2016



Communion des cerisiers.
N’y participer qu’avec une ombre allégée.

(Pierre-Albert Jourdan)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Heurté aux obstacles (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2016



Heurté aux obstacles,
peux-tu bénir les obstacles ?

(Pierre-Albert Jourdan)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

L’intime désastre (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2016



L’intime désastre
est la seule ressource.

(Pierre-Albert Jourdan)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Comment pourrions-nous nous désolidariser de cette mort (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2016



Comment pourrions-nous nous désolidariser
de cette mort que nous portons en nous,
qui nous appartient tout autant que nous lui appartenons ?

Le rêve serait de lui ménager un espace
où la rencontre se ferait dans la dignité.
Sorte de suprême politesse
où la salve des salutations
l’emporterait sur les gémissements.

Mais cet espace n’est inclus
que dans l’impensable du saut,
dans ce mouvement de bascule
qui annule l’autre espace,
celui où l’on croyait avancer…

Plus intime la mort,
longuement convoyée,
plus proche et peut-être,
plus encore pourvoyeuse d’espace,
ici-même et, qui sait, là-bas.
Là-bas où les chimères se glacent.

(Pierre-Albert Jourdan)

Illustration: Odilon Redon

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’entends le verdict (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2016



feuille-de-figuier [800x600]

J’entends le verdict
tomber d’un figuier :
cette large feuille
qui soudain
s’étouffe contre la terre.

(Pierre-Albert Jourdan)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Sortie (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2016



James Mensor  la-mort-et-les-masques [800x600]

Sortie, comme on se glisse par mégarde dans une ville, une foule ;
comme on se découvre à la fois démuni et protégé.
Comme on s’effraie de ces silhouettes grotesques
dont toute vie véritable semble s’être retirée.
On nage en pleine désertion.

Le choc est d’autant plus fort
que l’on se sait démuni, fragile ;
avec une sorte d’angoisse
(pourvu qu’il ne m’arrive rien dans la rue…)
qui ne veut pas céder.

Je songe aux masques d’Ensor.
La grande danse macabre, le carnaval d’inconsistance.
Mon Dieu comment faire pour que la vie retrouve
cette folle dignité qui devrait être la sienne ?
Ou bien ma vue est-elle si déformée ?

Démuni, disais-je, et protégé.
À l’écart, sur un banc.
Pas un tonneau, non.
Et quelques lueurs que je garde encore,
à l’abri dans le creux de mes mains
comme une flamme vacillante,
comme une promesse qui restera promesse.

(Pierre-Albert Jourdan)

Illustration: James Mensor

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme s’il se faisait un grand vide (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2016



Comme s’il se faisait un grand vide
et tu t’épuises à vouloir le remplir
– mais le coeur s’y refuse.
Nul choix n’est possible.

Tout est en place, tout existe si fort.
Ne bouge donc pas,
laisse simplement grandir en toi cet amour
qui est, en fait, le seul contrepoint.

Cet amour qui ne s’accroche pas.

(Pierre-Albert Jourdan)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sous cet éclairage ce que l’on retient (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2016



Sous cet éclairage ce que l’on retient
(non pas le plus volontiers, car cela s’impose en fait)
c’est la douceur de l’instant.

Grappe de raisin élevée dans la lumière.
Quelque chose de semblable.
Qui vient aux lèvres.

Prononcer le merci
à voix très basse,
ne rien effaroucher.

(Pierre-Albert Jourdan)

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il est vrai que nous rôdons sans cesse (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2016



Il est vrai que nous rôdons sans cesse
autour de cet espace sans espace
où nous n’entrons jamais, vivants.

Il semble même, parfois,
qu’il nous constitue.

Mais nous avons cette fâcheuse habitude
de le prendre à l’envers :
la crainte qu’il nous inspire
n’est peut-être que celle de la vie.

C’est même certain.

(Pierre-Albert Jourdan)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :