Arbrealettres

Poésie

Elle vécut ici sans moi celle qui fut l’oiseau de passage en mon hiver inconsolé (Robert Mallet)

Posted by arbrealettres sur 7 mai 2016



Elle vécut ici sans moi celle qui fut l’oiseau
de passage en mon hiver inconsolé
elle a dormi sur cette plage, elle a lissé
son corps impatient à la douceur de ces eaux
C’est là qu’elle m’a dit qu’en l’ombre elle était mienne
là qu’elle m’a donné l’espoir inespéré
de croire que « je t’aime » ensemençait le même
sens jour après jour que « toujours je t’aimerai »
et c’est là que je vis dans la rumeur des mots
éteints, sur le sable sec qui brasse l’écho
du destin de l’insecte que l’orage mêle
si frêle aux grains du roc où se liment ses ailes
et c’est là dessillés qu’entre la vague et l’air
mes yeux cherchent l’espace où son serment se perd.

(Robert Mallet)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :