Arbrealettres

Poésie

Automne (Friedrich Nietsche)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2016




Automne

Brouillard d’automne alentour ; fondus
en vapeurs grises,
passent en glissant les fantômes des monts.
Oeil rougeoyant le soleil décline
tête sombre et sans cesse assombrie
il descend à son tombeau de vagues.

Brouillard d’automne alentour; en vapeurs humides
d’horreur nocturne,
le feuillage tremble, fatigué de vivre.
Gais de l’été, tristes de l’automne,
les oiseaux s’enfuient par le ciel.

Brouillard d’automne alentour ; le hibou ulule,
resserrés
les sapins frémissent, les chênes gémissent.
Noyées de nuit,
blêmes, les figures du brouillard tremblent,
vers la tombe, vers la fosse.

(Friedrich Nietsche)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :