Arbrealettres

Poésie

Archive for 13 mai 2016

Plus vite que le silence (Dominique Grandmont)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2016



Mais visages qui vont

Plus vite
que le silence

(Dominique Grandmont)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Si tu voyais (Dominique Grandmont)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2016



Si tu voyais
ce que savent les pierres

(Dominique Grandmont)

Posted in poésie | Tagué: , , , | 2 Comments »

Les moulins de mon coeur (Michel Legrand)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2016




Comme une pierre que l’on jette
Dans l’eau vive d’un ruisseau
Et qui laisse derrière elle
Des milliers de ronds dans l’eau
Comme un manège de lune
Avec ses chevaux d’étoiles
Comme un anneau de Saturne
Un ballon de carnaval
Comme le chemin de ronde
Que font sans cesse les heures
Le voyage autour du monde
D’un tournesol dans sa fleur
Tu fais tourner de ton nom
Tous les moulins de mon cœur

Comme un écheveau de laine
Entre les mains d’un enfant
Ou les mots d’une rengaine
Pris dans les harpes du vent
Comme un tourbillon de neige
Comme un vol de goélands
Sur des forêts de Norvège
Sur des moutons d’océan
Comme le chemin de ronde
Que font sans cesse les heures
Le voyage autour du monde
D’un tournesol dans sa fleur
Tu fais tourner de ton nom
Tous les moulins de mon cœur

Ce jour-là près de la source
Dieu sait ce que tu m’as dit
Mais l’été finit sa course
L’oiseau tomba de son nid
Et voila que sur le sable
Nos pas s’effacent déjà
Et je suis seul à la table
Qui résonne sous mes doigts
Comme un tambourin qui pleure
Sous les gouttes de la pluie
Comme les chansons qui meurent
Aussitôt qu’on les oublie
Et les feuilles de l’automne
Rencontre des ciels moins bleus
Et ton absence leur donne
La couleur de tes cheveux

Une pierre que l’on jette
Dans l’eau vive d’un ruisseau
Et qui laisse derrière elle
Des milliers de ronds dans l’eau
Au vent des quatre saisons
Tu fais tourner de ton nom
Tous les moulins de mon cœur

(Michel Legrand)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Pour que l’absence avoue (Dominique Grandmont)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2016



Pour que l’absence avoue
ce qu’elle n’a jamais vu

(Dominique Grandmont)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Quel effet ça fait (Thomas Nagel)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2016



Quel effet ça fait
d’être
une chauve-souris?

(Thomas Nagel)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | 2 Comments »

Il m’est apparu (Jean-Yves Yven)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2016



Il m’est apparu
Un geste
Une lumière
Que je ne connaissais pas

Et puis,
Tout a changé

De mon inquiétude
Que je n’aimais pas;
Et c’est de m’être deviné
Que de ce jour-là

Tout s’est embrasé.

(Jean-Yves Yven)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE JOUR CHAVIRE (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2016



LE JOUR CHAVIRE

Immobile, la fourmi fait le guet, scrute
le néant. Et le néant s’entend, au-delà des gouttes du
feuillage
assombri et des murmures nocturnes des canyons de
l’été.

Le sapin est debout, comme le curseur de l’horloge,
dentelé. La fourmi s’embrase à l’ombre de la montagne.
Cris d’oiseaux! Et enfin. Doucement, le chariot des
nuages s’est mis à avancer.

(Tomas Tranströmer)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans ma paume (Saitô Umeko)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2016



Dans ma paume
il n’y a rien –
des éclairs dans la nuit

(Saitô Umeko)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

La neige (Pernette Chaponnière)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2016



Regardez la neige qui danse
Derrière le carreau fermé.
Qui là-haut peut bien s’amuser
A déchirer le ciel immense
En petits morceaux de papier?

(Pernette Chaponnière)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Quand ton sourire me surprit… (Armand Sylvestre)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2016



Quand ton sourire me surprit,
Je sentis frémir tout mon être;
Mais ce qui domptait mon esprit,
Je ne pus d’abord le connaître.

Ce qui me vainquit à jamais,
Ce fut un plus douloureux charme,
Et je n’ai su que je t’aimais
Qu’en voyant ta première larme!

(Armand Sylvestre)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :