Arbrealettres

Poésie

Archive for 15 mai 2016

LE ROSSIGNOL (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2016



 

LE ROSSIGNOL
A Georges Artigues.

Dans le secret de cet arbre tout nu
— Mais il n’est rien qu’au silence on ne vole
Puisqu’en lui-même un dieu s’est entendu.
Pluie ou soleil, vertige ou dénuement,

Si je me tais, rien en moi ne dément
L’aveu confus qui cherche sa parole
Je fais mon nid dans ces branches obscures,
Soeurs d’un espace où j’éclate à foison :

Plutôt mourir dans ma verte prison
Que de changer d’amour et de blessures!
Avril en fleurs, le chant des créatures

Brûle au zénith de cette pâmoison;
Je suis ce chant, ce ciel, cet horizon,
La nuit du monde avec ses aventures.

(Louis Emié)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le rêve de ta main (Philippe Biget)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2016



Le rêve de ta main
ourlant mon désir

(Philippe Biget)


Illustration: Alain Gagnon

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Le livre du silence (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2016



Sur mes joues
Je sens couler sans bruit
Les larmes de la nuit
Et je referme
Le livre du silence.

(Jean-Baptiste Besnard)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

ROMANCERO DU PROFIL PERDU (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2016



 

Hans Bellmer  portrait Joe Bousquet  [1280x768]

ROMANCERO DU PROFIL PERDU

LE VISAGE
(Portrait de Joe Bousquet par Hans Bellmer.)
A Jean Ballard.

PRISE au piège d’un visage,
Une étoile de granit
Inonde ce paysage
Et veut y faire son nid.

Nébuleuse d’un désastre
Dont elle n’est qu’un lambeau,
Elle cesse d’être un astre
Pour éclairer ce tombeau.

Visage sur la muraille
Tout de pierre illuminé!
C’est sur un champ de bataille
Qu’avec lui cet autre est né…

Il s’arrache de la Terre
Et devient le survivant
Du vertige et du mystère
Dans un désert de grand vent.

Les pas de sa multitude
De lui seul vont s’approcher :
Ce profil de solitude
Change en homme ce rocher…

— J’habite (dit ce visage)
Dans une autre profondeur,
A la pointe d’un langage
Dont ma pénombre est la soeur.

«Je mesure ma présence
Au-delà de mon regard :
Un abîme est sa défense
Sur ces chemins de hasard.

«Si j’étais, à hauteur d’homme,
L’enfant de votre clarté,
Je me verrais mourir comme
Si je m’étais déserté.

« Mais une forme plus pure
Se dénoue entre mes bras :
Fleur de feu de ma blessure,
Je ne la nommerai pas…

« Quand j’émerge d’un silence
Par le mien ressuscité,
Cette voix, ma ressemblance,
Dédouble ma vérité.

« Je suis fait d’une parole
Qui déroule autour de moi
La spirale d’un symbole
Auquel ma nuit fait la loi.

« Ce masque d’or, cet échange,
Ce visage mis à nu,
Est-ce toi, ma forme d’ange,
Qui m’as enfin reconnu ?

« Je m’entends et je m’écoute
Où je suis, toujours plus loin,
Dans un monde que j’envoûte,
Mon épreuve, mon besoin…

« Cet orage que j’allume
Me dit qu’il fait toujours noir
Et que rien ne me consume
Quand je brûle sans me voir.

« Suis-je celui que je hante
Sur la piste de l’éclair,
Ce double de mon attente,
Ce dédale de ma chair ?

« Dans le chant qui me traverse
Je n’existe pas encor
Mais mon souffle ne disperse
Que les ombres du décor.

« De toute cette agonie,
De ce coeur sur mon amour,
Une obscure mélodie
Prolonge la fin du jour.

« Pour veiller jusqu’à l’aurore,
Je rassemble autour de moi
Ce visage que j’adore
Dans celui qu’il est pour toi… »

(Louis Emié)

Illustration: Hans Bellmer

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Quelle distance (Paroles Soufies)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2016



 

Quelle distance entre celui qui prouve par Lui
et celui qui cherche à Le prouver !

(Paroles Soufies)

Illustration: Aimé-Nicolas Morot

 

Posted in méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

C’est pour cela que je tourne ainsi (Rûmi)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2016



Un jour, dans ta taverne,
j’ai bu un peu de vin

J’ai rejeté ce froc corporel

J’ai vu, grâce à ta taverne,
que le monde est harmonie

Construit ou détruit,
c’est pour cela que je tourne ainsi.

(Rûmi)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

JE ME JETTE A LA MER… (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2016



 

Mahira Ates (42) [1280x768]

JE ME JETTE A LA MER…

JE me jette à la mer pour savoir que je t’aime
Et dans l’algue multiple et son mouvant sommeil
Cette chair, ma blessure, et cet effroi, le même,
M’enchaînent à ce corps au nôtre enfin pareil.

Les flots du bel été puisent leur innocence
Dans ces mille regards par tous nos yeux voués
Aux blancheurs que le jour dans la palme balance
Sur ces instants plus beaux d’être ici dénoués.

Mais, pour nous délivrer de la muette absence,
De cette mort sans fin dont tu n’es pas jaloux,
Amour, ignores-tu que rien ne recommence
Lorsque nous te perdons dans un autre que nous ?

Sommes-nous si longtemps, aux confins de toi-même,
Ces mortels dont la fuite a désuni les pas,
Amour, quand ton orage abat l’arbre qu’il aime
— Cette chair que la nôtre enfante et ne voit pas ?

(Louis Emié)

Illustration: Mahira Ates

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA FIGURE (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2016



Zdzislaw Beksinski 2522_orig

LA FIGURE
A Jacques Duron.

SOMMES NOUS, par nous seuls dépassés ou détruits,
Ces errants, déserteurs d’un combat sans conquête,
Cette chair mise à nu par celle qui nous guette,
Obstinée à survivre au souffle de ses nuits ?

Pourquoi n’as-tu choisi qu’un corps pour cette tête,
Amour, arbre à soleil qui prend peur de ses fruits ?
Des grappes de l’éclair les chiffres éblouis
N’ont jamais dénoncé que ma seule tempête…

– Coeur lié nuit et jour au devoir de s’ouvrir,
Quel secret te condamne au secret de mourir,
Étoilé, dans un coeur qui t’écrase et t’emmure?

— Si je te vois encor quand je brûle de moi
Et ai l’astre éclaté donne au ciel sa figure,
L’ange né de mon sang ne ressemble qu’à toi…

(Louis Emié)

Illustration: Zdzislaw Beksinski

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Seras-tu, mon Amour, ma seconde lumière ? (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2016



 

Anna Bilinska-Bohdanowicz  Kobieta_ze_slowikiem

Seras-tu, mon Amour, ma seconde lumière ?
Ces chemins que tes pas dans les miens ont ouverts
Me révéleront-ils cet obscur univers
Dont le ciel t’interdit d’être ma prisonnière ?

Suis-je encor ton enfant, mon invisible mère,
Celui que tu ravis à tous ceux que je perds ?
Amour, es-tu si seul que je doive, à travers
Ce visage, arracher ton ombre à sa poussière ?

Vais-je usurper sans toi ce déchirant pouvoir,
Faire bouger, là-bas, tous ces yeux pour te voir,
Donner ici ta voix aux formes du silence ?

— Tu m’entends où j’existe et tu tiens, chaque nuit,
La même porte ouverte au coeur de ton absence :
Mon abîme est le tien puisque l’autre est détruit.

(Louis Emié)

Illustration: Anna Bilinska-Bohdanowicz

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne touche plus ton visage (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2016



 

Aaron Westerberg _1280

Je ne touche plus ton visage…
Qu’est-ce qui nous sépare encor?
Tu ne parles plus ce langage
Dont j’ai gaspillé le trésor.

Lorsqu’à l’abri de cette glace,
Derrière ce morceau d’air bleu,
C’est moi que je trouve à ta place,
Qui donc en nous survit un peu ?

Ce nom que je ne peux pas dire,
Ce nom qui, sans toi, n’est plus rien,
Ce visage qui se retire
De ce qui reste encor du tien,

Est-ce toi, toujours, impossible
A regarder avec des yeux,
Lorsque ta mort inaccessible
Nous atteint, ce soir, tous les deux?

(Louis Emié)

Illustration: Aaron Westerberg

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :