Arbrealettres

Poésie

DE LA FONTE DES NEIGES – 66 (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 16 mai 2016




DE LA FONTE DES NEIGES – 66

Eau qui croule qui croule fracas vieille hypnose.
Le torrent inonde le cimetière de voitures, rutile derrière les masques.
Je serre fort le parapet du pont.
Le pont: ce grand oiseau de fer qui plane sur la mort.

(Tomas Tranströmer)

Illustration: Gustave Caillebotte

 

2 Réponses to “DE LA FONTE DES NEIGES – 66 (Tomas Tranströmer)”

  1. Lara said

    Suis une grande fan des ponts et de leur symbolique comme tu le sais, mais je « bloque’ sur sa derniere phrase ! hum..

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :