Arbrealettres

Poésie

QUELQUES MINUTES (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 17 mai 2016




QUELQUES MINUTES

Le pin bas des marais tient haut sa couronne: un chiffon noir.
Mais ce qu’on voit n’est rien
à côté des racines, du système de racines disjointes,
furtivement reptiles. Immortelles ou demi-mortelles.

Je tu il elle se ramifient aussi.
Au-delà de ce qu’ils veulent.
Au-delà de Métropolis.

Du ciel laiteux de l’été, il tombe de la pluie.
C’est comme si mes cinq sens étaient branchés à un autre être
se déplaçant avec autant d’obstination
que ces coureurs vêtus de clair dans un stade où ruisselle la nuit.

(Tomas Tranströmer)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :