Arbrealettres

Poésie

Les bergers (José-Maria de Hérédia)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2016



Viens. Le sentier s’enfonce aux gorges du Cyllène.
Voici l’antre et la source, et c’est là qu’il se plaît
A dormir sur un lit d’herbe et de serpolet
A l’ombre du grand pin où chante son haleine.

Attache à ce vieux tronc moussu la brebis pleine.
Sais-tu qu’avant un mois, avec son agnelet,
Elle lui donnera des fromages, du lait ?
Les Nymphes fileront un manteau de sa laine.

Sois-nous propice, Pan! ô Chèvre-pied, gardien
Des troupeaux que nourrit le mont Arcadien,
Je t’invoque… Il entend ! j’ai vu tressaillir l’arbre.

Partons. Le soleil plonge au couchant radieux.
Le don du pauvre, ami, vaut un autel de marbre,
Si d’un coeur simple et pur l’offrande est faite aux Dieux.

(José-Maria de Hérédia)

3 Réponses to “Les bergers (José-Maria de Hérédia)”

  1. Besnard Jean-Baptiste said

    J’ai toujours beaucoup aimé José- Maria de Hérédia pour sa maîtrise du sonnet. Ce n’est pas une certaine humilité que j’ose proposer ma version des « bergers »

    Les bergers

    Par les chemins poudreux, je les ai vus venir,
    Les bergers de naguère.Ils parlaient des langages
    Anciens en égrenant de bien vieux souvenirs,
    Les dictons fleurissant dans leur barbes sauvages,
    Avec des inflexions de métal émoussé.
    Ils nous ont raconté de très longues histoires
    De brigands, de trésors dans des montagnes noires,
    Assis près du vieux puits.Puis, l’Ancien a toussé;.
    Dans le sac, ils ont mis le litre et les croûtons
    Et sont partis,drapés d’un nuage de moutons.

    Conflans 1953

  2. Godet transcendantal
    ——————

    Ce godet provenant de l’île de Molène,
    Il est sans prétention, mais son style me plaît ;
    Même, il est remarquable, avec son air simplet,
    Il semble être cousin des récipients hellènes.

    Mon âme est recueillie quand cette coupe est pleine,
    Mon modeste logis devient comme un palais ;
    Je trinque au souvenir du bon René Fallet
    Qui sur le Beaujolais fit une cantilène.

    Godet miraculeux, godet transcendantal,
    Toi qui fus célébré par Jeanne de Chantal,
    Tu rafraîchis Adam méditant sous son arbre ;

    Aimé par les truands et par les hommes pieux,
    Ton vin ferait sourire une statue de marbre,
    Celle d’un philosophe ou bien celle d’un dieu.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :