Arbrealettres

Poésie

Archive for 8 juin 2016

Boutons d’or (Ali Hamouda)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016



Cette nuit-là l’aurore se leva sur des boutons d’or
jaillis miraculeusement des ruines;
l’air et le soleil pénétraient libres
à travers un toit désespérément épanoui
des pas d’enfants ciselaient l’herbe
et le souffle des fleurs
évoquait tel un rêve la voix des absents.

(Ali Hamouda)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

A une pauvre vieille femme (William Carlos Williams)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016



A une pauvre vieille femme

mâchant une prune dans
la rue un sac de papier
plein dans la main
Quel goût elles ont pour elle
Quel goût elles ont
pour elle. Quel goût
elles ont pour elle.

(William Carlos Williams)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 6 Comments »

Il n’est plus rien (William Carlos Williams)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016



Il n’est plus rien
il est mort
ratatiné sous sa peau
Mettez sa tête sur
une chaise et ses
pieds sur une autre et
il sera là
comme un acrobate –
L’amour est vaincu. Il
l’a vaincu. C’est pourquoi
il est insupportable –
parce que
… il fait de l’amour
un hurlement contenu
d’angoisse et de défaite –

(William Carlos Williams)

Illustration: Andrea Mantegna

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A TOI (Michelle Le Gal)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016



Le rossignol des murailles
siffle a capella sur le toit d’en face
et l’ardoise est si bleue

Le silence est chantant
peuplé de parfums de campagne

Je suis assise sur le seuil
La pierre est chaude
du soleil de la journée
et douce sous la main

Tu aimais venir ici
Ton souvenir est là
dans cette maison
mêlé au tremblement de l’air du soir

Tu savais la fidélité de nos amis
et tu attendais leurs rires et leurs mots
Rappelle-toi
Tu nous servais un verre de ce vin d’Anjou
clair et frais
et tu riais aussi
Le temps passait…
Parfois tu avais ce sourire
hésitant entre l’espoir et la déconvenue
et tu nous demandais
« Pourquoi le Monde ne peut-il nous entendre ? »

Le Monde…

Ce soir nos amis sont ici
et nous buvons le même vin
Je les écoute
le dos appuyé au mur de tuffeau
et je suis bien

A TOI

(Michelle Le Gal)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au ventre un cri (Evelyne Boix-Moles)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016



J’ai vu passer une à une
les heures de la nuit :
plus légères qu’un rêve,
elles allaient en lunes claires…
Le silence ne cachait pas
qu’il avait au ventre un cri

(Evelyne Boix-Moles)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le bleu myosotis (José-Maria de Heredia)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016



Il est plus d’une fleur par le soleil dorée,
Qu’on voit s’épanouir dans nos bois radieux,
Et qui de pourpre d’or ardemment colorée,
De son étrange éclat éblouirait les yeux.

Mais il est sur le bord d’une source ignorée,
Une fleur que Dieu fit avec l’azur des cieux:
Modeste et sans éclat, du poëte adorée,
Elle rit dans la mousse avec ses beaux yeux bleus.

C’est l’espoir des absents, c’est elle qui remue
Les plus doux sentiments au fond de l’âme émue,
Aux jours qui ne sont plus elle fait revenir.

Je veux errer encore à l’ombre des grands chênes,
Je veux cueillir pour vous, au cristal des fontaines,
Le bleu myosotis, la fleur du souvenir.

(José-Maria de Heredia)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Où sont les limites du monde? (Jean-Paul Hameury)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016



Trois marches conduisent
jusqu’à la berge:
eaux courantes
pierres immobiles.

Une barque
flûte lointaine chantant
sur le vide des eaux.

Collines et monts se chevauchent
et se perdent où l’oeil n’atteint pas
– sous la paume rêche des orages.

A mi-pente
dans le silence
trois bouleaux
– musique parfaite.

On peut fermer les yeux.
Des reflets de la lumière
sur toute chose
rien ne saurait se perdre.

***

Les rives posent
leurs mains de terre
sur le blanc des eaux.

La cabane est vide.

Face au ciel là-bas
un homme rêve ou dort
dans l’oeil plissé d’une barque.

Où sont les limites du monde?

(Jean-Paul Hameury)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Je voulais écrire un poème que tu comprendrais (William Carlos Williams)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016



Je voulais écrire un poème
que tu comprendrais.
A quoi me servirait-il
si tu ne pouvais le comprendre ?
Mais tu dois faire un effort –
– Mais
Ecoute, tu sais comme
les petites filles courent en riant
dans Park Avenue la nuit tombée
quand elles devraient être au lit chez elles ?
Et bien,
moi je suis comme ça aussi.

(William Carlos Williams)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Au plus insu de soi (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016


Ne plus te chercher
ni en toi
ni en moi
Abandonné
Au battement solidaire
entre deux abîmes
La vie promise
La vie donnée
Au plus obscur de l’heure
du lieu
Au plus insu de soi

(François Cheng)

Illustration: Vladimir Kush

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

L’herbe se dresse (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016



L’herbe se dresse –
son visage, une stèle runique
érigée en souvenir.

(Tomas Tranströmer)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :