Arbrealettres

Poésie

Temps des péniches (Paul Celan)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2016



Temps des péniches
les transformés à moitié se traînent
jusqu’à l’un des mondes

le déposé, réenclos,
parle sous les fronts de la rive :
de la mort quitte, de dieu
quitte.

Rapatrié dans l’oubli
le parler-hôte de nos
yeux lents

rapatrié syllabe par syllabe, partagé
par les dés aveugles de jour, vers quoi
s’agrippe la main du joueur, grande,
dans le réveil

Et le trop de mes discours :
déposé sur le petit
cristal dans le fardeau de ton silence.

(Paul Celan)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :