Arbrealettres

Poésie

Fumées (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2016



Car ce qui a été vécu
sera rêvé
Et ce qui a été rêvé
revécu

Nous n’aurons pas trop de nuits

Pour brûler les branches tombées
à notre insu
Pour engranger l’odeur durable
des fumées

(François Cheng)

2 Réponses to “Fumées (François Cheng)”

  1. filamots said

    Je comprends qu’il compare les branches qui tombent à nos rêves et partent en fumée, pour « pour engranger l’odeur durable des fumées »…
    Quelle belle comparaison.
    Les rêves ne sont pas obligatoirement à brûler, cela c’est moi qui le dit bien entendu.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :