Arbrealettres

Poésie

Jusqu’à la fin (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2016


Guatemala

 

Jusqu’à la fin
Vous serez témoins

Stèles érigées par les humains
Au bord des champs
Au coeur des ruines

Témoins de vaines gloires
De deuils inconsolés
De massacres sans fin
De l’immonde du monde

Jusqu’à la fin
Jusqu’au moment où nul
Ne sera là
Pour déchiffrer
Les signes gravés

(François Cheng)

 

2 Réponses to “Jusqu’à la fin (François Cheng)”

  1. Sauf quelques Extra-terrestres qui viendront visiter cette planète désertique, terre de désolation qu’on appelait la terre ;-).

  2. arbrealettres said

    c’est « amusant » finalement ce sont ces vestiges là qui résisteront le plus et non toutes nos connaissances sur disque dur et serveur Internet… si volatiles et fragiles…

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :