Arbrealettres

Poésie

Plein jour (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2016




De même substance
semblent la feuille, la pierre
le pas qui s’entend seul;
en comprimant sa poitrine
de ses bras gracieux
la fille d’une nuit chaude
s’oblige à s’asseoir et dormir
un moment sur son épaule nue
l’oiseau bat de l’aile
avant de rejoindre
la hutte où vit l’inconnu
aux yeux verts grands ouverts.

(Jean Follain)

Illustration: Rafal Olbinski

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :