Arbrealettres

Poésie

Archive for 21 juin 2016

Le septicolore (Blaise Cendrars)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2016



Mon oiseau bleu a le ventre tout bleu
Sa tête est d’un vert mordoré
Il a une tache noire sous la gorge
Ses ailes sont bleues avec des touffes de petites plumes jaunes
Au bout de sa queue il y a des traces de vermillon
Son dos est zébré de noir et de vert
Il a le bec noir, les pattes incarnat et des petits yeux de jais
Il adore faire trempette, se nourrit de bananes et pousse un cri
Qui ressemble au sifflement d’un tout petit jet de vapeur
On le nomme le septicolore.

(Blaise Cendrars)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liberté (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2016



Liberté

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

(Paul Eluard)

Illustration: ArbreaPhotos

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 8 Comments »

Le miroir se souvient des visages (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2016



Wladyslaw Slewinski jeune fille se coiffant 6b [800x600]

Le miroir se souvient des visages
le miroir se souvient des milliers des visages
qui se sont posés sur lui
comme des papillons, un instant, sur leur reflet
se posent, puis mortels sont emportés
par le vent qui les efface :
visages d’enfants, d’hommes, de femmes,
de vieillards,
visage velu d’un chien,
parfois visage d’un fantôme,
penché sur une épaule,
et qui regarde
de son regard sans yeux
dans le miroir
les innombrables visages,
les innombrables feuilles
de cette forêt de visages.

Ah ! miroir, forêt d’images,
empire de la mémoire,
rends-moi le jeune visage
de celle qui jadis dans cette chambre
vers ton eau profonde se pencha
et dénoua, pour la première nuit, sa chevelure.

(Jean Joubert)

Découvert ici: https://ecriturbulente.com/

 Illustration: Wladyslaw Slewinski

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Notre nom est une île (Jeanne Benameur)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2016



Notre nom est une île

De lourds navires à quai
dans nos poitrines

Avons-nous navigué ?
Qu’avons-nous vu du monde ?

Tout reste à lire
nous le savons
dans l’herbe
dans le sable
sous le pied qui trébuche au caillou
sous l’algue
Il faudrait déchiffrer
tout ce qui est offert
lire l’empreinte

Mais nous sommes nous-mêmes empreints.
Et nous sommes ignorants.

(Jeanne Benameur)

Découvert ici: https://ecriturbulente.com/

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Personne ne sait de l’eau (Alfonso Alegre Heitzmann)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2016



Personne ne sait de l’eau, mais sa voix était de l’eau,
eau que personne d’autre ne nommait;
murmure, la nuit, vers où va la soif.
L’eau de personne s’écoule au jardin;
sous ta fenêtre, sa transparence obscure,
bruits du monde, nuit,
offrande de silence venue de rien.
Fenêtre éclairée;
dans l’eau qui s’écoule, sa voix, sa voix muette.
Tu la sens elle est personne,
tu la bois avec tes mains;
sa voix était de l’eau.

(Alfonso Alegre Heitzmann)

Découvert ici: http://revuedepoesie.blog.lemonde.fr/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mes os (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2016



Mes os

Ils ont de beaux restes, mes os

déjà sciés c’est vrai
déjà
ravaudés
ils restent courageusement
Ils tiennent
la chair, la peau, par-dessus eux.

Leur troupe, je l’emmène
et m’emmène avec elle
(vieille impression : ne pas en être tout à fait)
devant des vitrines de musées, section préhistoire
où, parmi des cailloux prétendument taillés, des flèches,
se montrent des fémurs à fractures visibles
mais recollées.

Comme quoi, dans dix mille et des ans,
mes chers os maintenant sur le macadam, vous pourrez figurer
dans des expositions montées après un labeur fou
près de canettes à bière et de mitraillettes,

tout ce fourbi qui
dans ma vie
m’aura fourbue.

(Marie-Claire Bancquart)

Découvert ici: http://gouttedeau.blog.lemonde.fr/

Illustration: Peter Callesen

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Homme approximatif (Tristan Tzara)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2016



 

homme approximatif comme moi comme toi lecteur et comme les autres
amas de chairs bruyantes et d’échos de conscience
complet dans le seul morceau de volonté ton nom
transportable et assimilable poli par les dociles inflexions des femmes
divers incompris selon la volupté des courants interrogateurs
homme approximatif te mouvant dans les à-peu-près du destin
avec un cœur comme valise et une valse en guise de tête
buée sur la froide glace tu t’empêches toi-même de te voir
grand et insignifiant parmi les bijoux de verglas du paysage

(Tristan Tzara)

Découvert ici: http://gouttedeau.blog.lemonde.fr/

Illustration: Brigitte Valin

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mes sœurs sorcières (Angélique Ionatos)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2016



Muriel Selleron reine-des-sorcieres  [800x600]

Mes sœurs sorcières

Ô mes sœurs sorcières, mes vieilles compagnes
Les enfants et les hommes ont déserté vos maisons.
Vos charmes se sont évanouis, vos cheveux ont blanchi,
Les jasmins se sont fanés et votre feu s’est éteint.

Ô mes sœurs sorcières, avec cette ride profonde entre vos sourcils
comme un sillon accablé, le sillon de la douleur.
Ô mes sœurs sorcières, mes pauvres servantes orphelines à présent
vous comptez les chagrins,les heures et les jours.

Ô mes sœurs sorcières, mes fées oubliées
Prenez des filaments de lune dorés et argentés
Brodez des étoiles brillantes, des gouttes de rosée
Des rêves et des espoirs sur nos ailes froissées.

***

0 αδελφέ< µου µάγισσε<
Ώ αδελφέ< µου µάγισσε< , παλιέ< µου φιλενάδε< Αδειάσανε τά σπίτια σα< από παιδιά κι από άντρε<
Λυθήκανε τά µάγια σα< κι ασπρίσαν τά µαλλιά σα< Μαράθηκαν τά γιασεµιά κι έσβησε η φωτιά σα<.
Ώ αδελφέ< µου µάγισσε< µέ τή βαθιά ρυτίδα
ανάµεσα στά φρείδια σα< τού πόνου η σφραγίδα.
Ώ αδελφέ< µου µάγισσε< φτωχέ< µου παρακόρε< τώρα µετράτε τού< καηµού< , τί< µέρε< καί τί< ώρε<.
Ώ αδελφέ< µου µάγισσε< , νεράïδε< ξεχασµένε< πάρτε κλωστέ< τού φεγγαριού χρυσέ< , µαλαµατένιε<
Κ < δροσοσταλίδε<
ωµένα µα< φτερά , ονείρατα κι ελπίδε<.

(Angélique Ionatos)

Découvert ici: http://gouttedeau.blog.lemonde.fr/

Illustration: Muriel Selleron

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les voix du printemps (Béatrice Bastiani-Helbig)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2016



P1060168 [800x600]

Les voix du printemps

Il te faut quitter la ville
et ses bruits et sa fureur,
apprendre la lenteur
et le rythme tranquille
des grands arbres et des fleurs,
et enfin prendre le temps
d’entendre
les voix du printemps.

Les herbes qui frémissent,
caressées par la brise,
le murmure du ruisseau
et le chant des oiseaux,
le roucoulement de la tourterelle,
les bruits minuscules
des insectes dans les fleurs,
le sautillement furtif
dans les feuilles sèches du chêne
d’un jeune merle
en quête de pitance.

Et ton chant intérieur.

Et le silence…

(Béatrice Bastiani-Helbig)

Illustration amicalement envoyée par l’auteure

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Chaque fois comme la dernière (Béatrice Bastiani-Helbig)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2016



geranium

Chaque fois comme la dernière…
Dentelle des fougères
enlaçant le buis
dont chaque feuille s’emplit
de la lumière
de ce nouveau jour.
Trilles des oiseaux
célébrant le beau.
Fourmi de passage
et son ombre longue
sur la table où j’écris.
Trois pigeons sur un fil
comme une balançoire.
Bruissement dans les feuilles roussies
d’un compagnon minuscule.
Rouge ardent du géranium
aux feuilles de velours
maintenant devenu arbre.
Branche d’olivier frôlée,
coquelicots dans l’herbe séchée,
oranges amères tombées,
haie d’honneur des mimosas…
Tout ici
me dit
« Ne pars pas ! ».

(Béatrice Bastiani-Helbig)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :